RE 2020 : les informations essentielles à connaître

Trois objectifs clairement définis

Si l’on ne devait retenir qu’une chose de la nouvelle Réglementation Énergétique 2020 ou « RE 2020 », c’est qu’elle repose sur les trois objectifs suivants :

  • La réduction de la consommation énergétique du bâtiment et le recours à des énergies renouvelables.
  • La diminution des émissions de CO2 durant toute la vie du bâtiment.
  • La prise en compte des changements climatiques à venir en garantissant un confort thermique suffisant lors d’épisodes caniculaires.

Une obligation de résultats

Pour atteindre ces trois objectifs, la norme RE2020 exige la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions lors de la construction d’un bâtiment neuf. Sa structure devra notamment être conçue de façon à être le plus possible économe en énergie. Il est en outre recommandé que ses différents composants fassent le moins possible appel à des sources d’énergie primaire. Tout sera également mis en œuvre pour que l’impact de l’ensemble de la construction sur les changements climatiques soit limité. Il faut en effet garder à l’esprit que l’un des principaux buts de cette nouvelle réglementation est de parvenir à la réduction de 30 % des émissions de carbone d’ici à 2030 pour tout bâtiment, et ce, durant tout son cycle de vie.

De la RE 2012 à la RE 2020 : quelles évolutions ?

Retour sur la RE 2012

La RE 2012 ou « RT 2012 » (« T » pour « thermique ») correspond à un renforcement de la première réglementation datant de 1974. Son principal but est de limiter les besoins en énergie primaire en restant en dessous des 50 kWh/m² par an. Pour cela, différents éléments sont pris en compte comme la surface des différentes ouvertures (fenêtres, portes…), la présence de ponts thermiques, le chauffage, la climatisation, etc. Pour chaque construction, la consommation énergétique est calculée en tenant compte de l’ensemble de ces derniers.

Vers des bâtiments à énergie passive

La norme RE2020 va clairement plus loin que la RE 2012. Bien sûr, elle exige toujours que la performance énergétique du bâti permette de réaliser des économies d’énergie. Cependant, l’un des points essentiels de cette nouvelle réglementation repose sur le fait que la construction devra également produire plus qu’elle ne consomme, notamment en comportant au minimum un moyen de produire de l’énergie. Cela s’effectuera par la promotion d’installations comme des panneaux solaires, la possibilité de végétaliser les toits ou encore, d’utiliser les ressources géothermiques. Enfin, le bâtiment devra également être orienté de façon à profiter au maximum du soleil, tout en tenant compte du confort des usagers en période de fortes chaleurs.

RE 2020 : entrée en vigueur pour la construction de bâtiments industriels

2022 : début de l'application de la RE 2020

La norme RE2020 est entrée en vigueur au 1er janvier de cette année. Cependant, son application s’effectuera de façon progressive. En effet, elle ne concernera dans un premier temps que les maisons individuelles et les immeubles d’habitation. À partir du 1er juillet 2022, ce sera au tour des immeubles de bureaux et des bâtiments dédiés à l’enseignement primaire et secondaire. Enfin, le 1er janvier 2023, les bâtiments du secteur tertiaire comme les commerces, les hôtels, etc. devront également répondre à la norme RE2020. Pour les autres constructions, notamment celles à vocation industrielle, aucune date d’application n’a encore été arrêtée. Cependant, afin d’inciter les professionnels à adopter la norme rapidement, des labels pourraient être mis en place. Ils seront probablement sur le même modèle que ceux qui sont actuellement regroupés sous les termes de « haute performance énergétique » (ou HPE) et qui donnent droit à des aides financières de l’État et à des avantages fiscaux.

Ce qui change au 1er janvier 2022

L’application de la norme RE2020 va donc concerner, peu à peu, tous les bâtiments associés à une demande de permis de construire si celui a été déposé après 1er janvier 2022. Le calcul des besoins énergétiques de la construction, qui prend en compte l’enveloppe du bâtiment, le mode de chauffage et de refroidissement ainsi que l’éclairage, devra être au moins égal, voire inférieur à son besoin maximum en énergie. L’impact d’un certain nombre d’éléments sur le réchauffement climatique, comme la composition du bâtiment, l’empreinte carbone du chantier en lui-même ou encore la valorisation des matériaux en fin de vie, sera également évalué. La méthode de calcul à employer a été définie par l’arrêté du 4 août 2021 relatif aux exigences de performance énergétique et environnementale de la construction de bâtiments en France métropolitaine.

Pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la norme RE2020 et profiter d’un accompagnement personnalisé pour votre projet de construction, contactez-nous dès aujourd’hui !